Partager par emailFacebookInstagram

Meilleurs voeux à tous !

jeudi 29 février 2024

Ternay ville culturelle.

 

 

 

 

Discours des Vœux 2024 – 19 janvier

Madame la présidente de l’AMF69 excusée,
Madame et monsieur les conseillers départementaux,
Monsieur le président de la CCPO,
Messieurs les maires de la CCPO,
Monsieur le maire de Chasse sur Rhône,
Mesdames et messieurs les élus,
Mesdames et messieurs les présidents d’associations,
Mesdames et messieurs et chers amis,

Croyez bien que c’est un réel plaisir d’être avec vous ce soir et de faire un point sur l’année écoulée et de se projeter en 2024.
L’année dernière je commençais mon propos en soulignant les tensions à l’échelle internationale qui nous impactaient indirectement en qualifiant de « séisme » ce qui se passait en Ukraine. Ces tensions non seulement n’ont pas disparu mais se sont accentuées. La guerre est toujours à nos portes et elle fait sur site des ravages matériels et des dizaines de milliers de morts. C’est une préoccupation profonde pour nous tous.
Au-delà des préoccupations au niveau international, hautement légitimes, nous sommes impactés par l’inflation au niveau national dans tous les domaines mais surtout dans le domaine de l’énergie.
Malgré cette situation internationale préoccupante, l’année 2023 a été marquée à Ternay par de riches évènements culturels, et l’année 2024 s’annonce sous les meilleurs auspices, avec la deuxième édition du festival de musique et j’aurai l’occasion d’y revenir.

La ville continue sa transformation : de nouveaux projets immobiliers sortent de terre ou sont en préparation, nous y sommes particulièrement attentifs pour que les projets proposés s’intègrent au mieux dans notre ville.
Vous le savez tous. La ville de Ternay est soumise à la loi SRU qui impose que 25% des habitations principales soient des logements locatifs aidés. Nous sommes aujourd’hui à 13% et serons au regard des constructions en cours à 17% dans deux ans.
Je rappelle qu’il convient d’atteindre 25% de LLA mais il n’y a plus de date pour atteindre cet objectif. Cependant la préfecture impose un rythme triennal auquel aucune commune ne peut se soustraire sous peine de sanctions disproportionnées. Trois maires de la CCPO en ont fait l’amère expérience. Madame la Préfète de région a jugé que l’effort pour la production de logements aidés était insuffisant et a privé les maires concernés d’une partie de leurs prérogatives en urbanisme. Ils ne peuvent plus signer les permis de construire comportant plus de deux logements, ou sous condition, et en plus sont dessaisis de leur droit de préemption. C’est violent et injuste et j’apporte tout mon soutien aux maires concernés.
Je précise que j’ai moi aussi j’ai dû rendre des comptes car l’objectif fixé n’était pas totalement atteint pour Ternay, malgré nos efforts, sur la période triennale 2020-2023 et par courrier en date du 21 mars 2023, Madame la préfète menaçait de nous placer en état de carence ce qui correspondait aussi à une perte de nos prérogatives en urbanisme. Après une rencontre et explications, il a été admis que la commune de Ternay était dans une dynamique de rattrapage mais nous devons rester mobilisés pour ne pas être sanctionnés. Il y quelques jours j’ai encore reçu un courrier de la préfecture qui rappelait l’obligation pour la commune de réaliser avant fin 2025 / 91 logements aidés supplémentaires par rapport à notre parc actuel. Les chantiers en cours devraient permettre de remplir cet objectif.
La réalisation de logements libres et de logements locatifs aidés (quelques 300 dans les 3/4 années à venir) conduit à une augmentation de la population qui a un impact sur toutes nos infrastructures ainsi qu’un afflux d’enfants dans nos écoles.

Les écoles primaire et maternelle de Flévieu, sont en limite de capacité alors que les écoles des Pierres, si rien n’est fait, subiraient une, voire deux fermetures de classes. Nous devons réagir et rééquilibrer les effectifs de nos écoles, dans un premier temps en modifiant la carte scolaire- les enfants de Flévieu comme c’était le cas il y a 9 ans – seront dirigés vers l’école des Pierres. Les études de faisabilité s’achèvent et je soumettrai au conseil municipal du 13 février cette modification bien entendu en parfait accord avec l’inspection académique.
Parallèlement une analyse est en cours avec Athanor Architectures pour examiner les possibilités d’extension ou d’aménagement de nos écoles mais bien entendu pas en même temps et il conviendra de prioriser.
J’exprime tout mon soutien au corps enseignant qui malgré les difficultés d’accueil actuelles ou à venir, fait tout son possible pour que nos enfants s’épanouissent et accèdent à la porte du savoir et de la connaissance qui fera d’eux des femmes et des hommes libres.

Corrélativement nous faisons face à des besoins accrus en équipements sportifs. Heureusement nous avons la chance de disposer d’un complexe sportif de 10ha mais celui-ci est vieillissant et nécessite une remise à niveau lourde avec des investissements conséquents. En outre cet espace est victime de son succès. Il est extrêmement fréquenté- foot, rugby, basket, tennis, judo etc… Le gymnase est confronté à une demande qu’il n’est plus possible de satisfaire totalement. Pour retrouver des créneaux disponibles nous avons, avec la commune de Communay, décidé de couvrir les courts de tennis de Ternay dans une démarche commune car le club est implanté sur nos deux communes. Ainsi une dizaine de créneaux horaires seront libérés dans le gymnase du Devès et autant dans le gymnase des Brosses.

Pour minimiser notre investissement nous avons lancé une mise en concurrence pour réaliser la structure portante et la toiture avec panneaux solaires dont la production d’électricité serait récupérée par le promoteur pendant 25/30 ans. En contrepartie les deux communes auraient un reste à charge voisin de zéro pour la partie structure. Ensuite la fermeture des quatre façades serait financée à part égale par les deux communes pour un montant d’environ 70 000€ par commune et une partie de l’aménagement intérieur financé par le club de tennis.

Qu’en est-il des grands projets urbains en cours ou en préparation que vous attendez probablement avec impatience.

Les études concernant la maison médicale s’achèvent. De nombreux échanges entre les Médecins et l’Architecte de l’opération ont eu lieu tout au long de l’année 2023. Le travail avance. La demande de Permis de construire a été déposée le 9 janvier dernier.
Pendant la période d’instruction de la demande de PC (5 mois environ), l’équipe de Maitrise d’œuvre prépare le Dossier de Consultation des Entreprises. A l’issue de cette consultation, nous visons comme objectif le démarrage des travaux de modernisation au début de l’Automne 2024. Il nous reste à préciser certaines orientations pour atteindre le nécessaire équilibre financier de l’opération.

Le Centre des commerces avance malgré les procédures administratives qui ont beaucoup retardé l’avancement de ce projet (modification du PLU et déclassement de voirie avec deux enquêtes publiques longues en délais…). Le permis définitif devrait être déposé dans les semaines qui suivent. Il a déjà été instruit dans les grandes lignes.

Nous envisageons ce que l’on appelle le décroutage des façades des bâtiments conventuels dont les façades principales donnent sur la place de l’Eglise. Ces travaux de décroutage consistent à purger les enduits de façade réalisés il y a quelques décennies et qui ont beaucoup abimé le charme de l’édifice. En outre cela permet de documenter l’édifice et de révéler ses valeurs patrimoniales avant tout projet programmatique et architectural. Ensuite il est nécessaire de se poser la question de la réhabilitation de plusieurs centaines de m² disponibles qui ne sont plus utilisés que par le Salon de Coiffure et le Syndicat d’initiative et qui coûtent à la commune sans aucune affectation précise. Cette affectation sera ultérieurement recherchée.
En outre rénover ces façades permettra de mettre en valeur la place de l’Eglise que nous envisageons d’aménager dès que possible.

Il est envisagé aussi de rénover le jardin des moines d’abord en permettant à partir du parvis de l’église l’accès aux jardins et ensuite la consolidation du mur entre le jardin haut et le jardin bas ce qui offrira en partie haute une esplanade ludique accessible à la population.
Cette nouvelle campagne de travaux s’inscrit à la suite des travaux déjà menés et bénéficie de financements exceptionnels au titre du plan de Relance voulu par l’État à la suite de la période COVID et nous ne devons pas tarder pour le dérouler.
L’aménagement de la cour du château avec interdiction de stationner a permis une mise en valeur réelle de celle-ci et il conviendra dans un futur proche d’imaginer un aménagement qui permette de la valoriser encore plus, tout en concernant la possibilité de le déplacer en cas de manifestation.

Les règles imposées par le Plan Local d’Urbanisme sont strictes et en grande majorité comprises et acceptées, malheureusement quelques-uns refusent de s’y soumettre et je voudrais vous exprimer combien cette situation insupporte l’équipe municipale. Nous constatons de multiples infractions notamment à proximité de la RD 150 au lieu-dit Combe Jolie mais aussi dans d’autres secteurs. Sans aucune autorisation administrative, bravant toutes les règles du plan d’urbanisme, des gens se sont installés sur des terrains agricoles. Malgré les procès-verbaux, les arrêtés interruptifs des travaux, les interventions de la gendarmerie et de la police, les travaux de nivellement et installation de mobile home se sont poursuivis.
J’ai écrit à la préfecture, au ministre de l’Intérieur au ministre de la Justice rien n’y a fait, c’est inadmissible. Comment expliquer aux honnêtes citoyens que les rigueurs du PLU s’appliquent à eux mais pas à ceux qui décident ouvertement d’enfreindre les règles d’urbanisme. Comment expliquer que dans le cadre de la zéro artificialisation des terrains, certains ne peuvent pas construire ou alors avec des réserves fortes, tandis que d’autres font comme ils veulent.
J’aurais souhaité que la préfecture du Rhône fasse preuve de la même sévérité à l’égard de ces contrevenants, que celle utilisée pour dessaisir les maires de la CCPO de certaines de leurs prérogatives d’urbanisme.

Dans un contexte inflationniste, je souhaite vous exposer l’état de nos finances. L’année dernière je vous annonçais une augmentation d’impôts pour équilibrer notre budget de fonctionnement, parallèlement à un plan d’économies car les deux sont indissociables. Pour l’année 2023 de vraies économies ont été réalisées et ainsi permis d’économiser plus de 200 000€ à 300 000€ sur notre budget de fonctionnement. Ce point a été présenté en détail au conseil du 16 janvier 2024.
Réduction de nos charges générales, renégociations de nos contrats d’assurance, réduction de nos contrats internet et téléphonie mobile, maîtrise de nos dépenses d’énergie. Ces dernières, malgré l’augmentation du KWh, gaz et électricité, n’ont pas augmenté depuis 2019- grâce à la vigilance des services, la température des locaux maintenus à 19°, remplacement, quand c’est possible, des ampoules par des LED, etc…
Malheureusement nous avons été informés par notre fournisseur d’énergie que à partir de janvier 2024 notre facture allait être multipliée par 2,6 ce qui représente une augmentation de plus de 250 000€/an. Cela gomme la moitié de l’augmentation d’impôts de 2023.
En plus des mesures pour maintenir dans tous les locaux communaux la température à 19°C nous allons déployer des équipements pour baisser la température lors des périodes d’absence, la nuit, les WE, et pendant les congés. Ces mesures s’associeront aussi à la mise en place d’une isolation des locaux plus performante mais dans un second temps car elle nécessitera des investissements lourds et du temps. Pour optimiser les consommations et réduire encore les températures dans les locaux communaux nous avons décidé avec le maire de Communay d’embaucher et mutualiser un économe de flux. Il aura pour fonction d’équiper les bâtiments de thermostats pilotables à distance et ainsi optimiser la température dans les locaux notamment lorsqu’ils ne sont pas occupés. C’est donc un vrai pilotage des températures à distance qui va se mettre en place et qui nécessite de modifier nos installations.
A cette augmentation des coûts de l’énergie s’ajoute l’inflation toujours présente en 2024, plutôt à la baisse, mais qui restera aux alentours de 3,0% et qui provoque une augmentation de nos coûts.

Nous ne voulons pas dégrader les services rendus à la population ; accueil en mairie, prix des repas de la cantine, périscolaire, subventions aux associations, prêts des salles mais nous devrons répercuter certaines dépenses supplémentaires. J’ai demandé à la commission école de me faire des propositions dans le cadre de la préparation du budget 2024, pour épargner les plus modestes, mais répercuter une partie de ces hausses aux autres usagers car le reste à charge de la commune a fortement augmenté.
Je rappelle que nous faisons partie des rares communes du département à pratiquer le prix du repas cantine à 1€ pour les plus modestes.
Le débat d’orientation budgétaire est lancé depuis le 16 janvier date du dernier conseil. Les conseillers municipaux sont invités à débattre et analyser les propositions de budget primitif et proposer la priorisation des différentes affaires. Les éléments retenus permettront au maire de présenter le budget primitif de la commune au conseil du 13 février pour approbation.
Nous aurons à faire des choix difficiles car nos possibilités financières nous obligerons à décaler certains programmes de travaux.

Un service que nous aurions voulu garder en l’état a été transféré, mais il ne nous appartenait pas d’en décider seuls.
Depuis début janvier La Poste est transférée au Panier Sympa au centre des commerces. Plus de 80% des activités postales sont maintenues du lundi au samedi de 7h30 à 19h30.
Ce transfert a été rendu nécessaire par la décroissance régulière du taux de fréquentation qui aurait conduit La Poste à réduire encore ses horaires d’ouverture puis fermer sans contrepartie.
Un grand merci à Davied gérant du Panier Sympa d’avoir accepté d’assurer ce Relais Postal.

Dans un contexte de crise climatique nous devons prendre des mesures pour la protection de l’environnement. Tout d’abord nous devons réduire notre consommation d’eau à tous les niveaux y compris et surtout pour l’arrosage des plantations et l’entretien des terrains de sport. D’ailleurs ce dernier est strictement réglementé et tous les ans un arrêté préfectoral définit les périodes pendant lesquelles les arrosages sont réduits voire interdits.
Nous allons conclure à brève échéance un contrat avec une entreprise extérieure pour tondre par tondeuses télécommandées le gazon des terrains sportifs mais aussi pour la mise en place d’un arrosage intelligent qui s’enclenchera uniquement si besoin en fonction des paramètres météo tels que température, vent, ensoleillement et pluviométrie qui seront mis à disposition par les stations météo que possède la CCPO.

L’eau est essentielle à la vie en quantité mais aussi en qualité. Vous le savez tous, les puits de captage de Ternay ont subi une pollution aux perfluorés appelés aussi PFAS qui sont des substances chimiques qui n’existent pas dans la nature et que l’industrie produit depuis plus d’un demi-siècle.
Le plus important producteur de PFAS était l’usine ARKEMA. Par arrêté préfectoral l’entreprise a dû diviser ses rejets dans le Rhône par 30 et tend vers 0 PFAS rejetés à partir de 2024.
Les mesures au niveau des puits de captage de Ternay indiquent une baisse régulière depuis le début de l’année, corrélativement à l’arrêt des rejets d’ARKEMA pour atteindre approximativement les seuils autorisés à savoir 100 ng/l.
Cependant il est trop tôt pour se réjouir. En effet si les mesures incitent à l’optimisme, les scientifiques savent que les PFAS emmagasinés dans les nappes souterraines le long du Rhône, pendant des années, peuvent faire l’objet d’un déstockage et conduire au maintien d’un niveau encore élevé de ceux-ci. L’avenir nous le dira et les services de la préfecture ainsi que l’exploitant des puits de captage « Rhône Sud » et ses services techniques restent mobilisés.Je voudrais vous lire une analyse émanant de l’Agence Régionale de Santé ; je cite « Les autorités sont dans l’impossibilité de caractériser scientifiquement les risques sanitaires liés aux PFAS. Cependant, concernant les taux de PFAS détectés, il est demandé au préfet de ne pas restreindre la distribution d’eau mais de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé des personnes à savoir, demander aux collectivités concernées de réaliser des travaux d’interconnexion avec d’autres réseaux /ou de traiter l’eau notamment par filtres à charbon ».    

Le syndicat Rhône Sud, exploitant des puits de captage de Ternay, dans la logique que je viens de dire, a lancé une vaste étude pour mettre en place des filtres à charbons qui permettent de capter ces substances mais aussi d’autres (pesticides, engrais…). C’est une opération de longue haleine qui s’étalera sur quelques années et qui coûtera plusieurs millions d’euros et des centaines de milliers d’euros de maintenance annuelle. C’est le prix à payer, pour sécuriser la qualité de notre eau potable.

Enfin sachez que j’ai porté plainte contre X, comme une trentaine de maires et une trentaine de particuliers ou associations, pour pollution des puits de captage de Ternay et toutes les conséquences qui en découlent. Les pollueurs devront, un jour ou l’autre, payer les dégâts occasionnés et les investissements que nous sommes dans l’obligation de réaliser et financer.

Depuis le 1er janvier 2024 le tri à la source des biodéchets est obligatoire pour tous. Ceux qui disposent d’un terrain supérieur à 50m2, doivent traiter chez eux. Pour les habitants qui ne disposent pas d’un terrain supérieur à 50 m2 ils peuvent utiliser les bacs installés dans Ternay (place de l’église et centre des commerces). Ces bacs peuvent accueillir les déchets verts et les résidus alimentaires.
L’entreprise Racine installée le long du Rhône traite depuis quelques mois les biodéchets par compostage et ces derniers produisent des nuisances olfactives très fortes mais non nocives pour la santé.
Cette entreprise a réduit sa surface d’exploitation de 3 ha à 1ha à la demande de la CNR car Racine n’utilise pas la voie d’eau. Dans quelques années elle devra quitter les lieux.
La nuisance olfactive peut être réduite par mise en place de stations de traitement des odeurs. Ces dernières ont un coût.
J’ai demandé à l’entreprise Racine de faire le nécessaire et le coût d’investissement sera répercuté au niveau des usagers. Parallèlement j’ai saisi Madame la préfète du Rhône pour qu’elle appuie ma demande et que malgré la non-nocivité de ces gaz elle impose officiellement à Racine de les traiter.

Les sujets de préoccupations ne manquent pas, ni pour vous dans votre quotidien, ni pour moi et l’équipe municipale pour gérer au mieux les affaires communales, mais savourons un instant ce bonheur de vivre dans une ville qui, de plus en plus affirme son rayonnement culturel.

Ternay a une chance inouïe c’est d’avoir un tissu associatif d’une grande richesse – plus de 60 associations à caractère culturel, sportif, ou solidaire.  Ce qui en fait la vraie richesse ce sont les hommes et les femmes qui les composent et surtout les quelques bénévoles, très investis, qui consacrent une grande partie de leur temps libre aux autres, sans rien attendre en retour, pour l’intérêt général et le plaisir du partage avec les autres.  Sans eux certaines activités ne seraient pas possibles et cela constituerait un vrai manque pour la commune. C’est l‘une des richesses de notre territoire et qui fait de Ternay une ville culturelle aux aspects multiples. Je tiens à saluer tous ces bénévoles sans qui Ternay ne serait pas Ternay

Il y a quelques mois le Sénat a mis en place le comité pour porter les candidatures des sites clunisiens, comme celui de Ternay, auprès de l’Unesco pour qu’ils soient, pour ceux qui seraient retenus, inscrits au patrimoine mondial de l’humanité. Ternay fait partie des candidats et est en bonne voie pour figurer sur la liste finale des candidats. Le prieuré de Ternay n’est pas le plus beau, ni le plus grand des différents édifices qui sont en lice, mais parmi les 100 sites clunisiens qui candidatent il est l’un des plus authentiques. L’église, les bâtiments conventuels, le jardin des moines sont quasiment dans leur configuration originelle ce qui est très rare.

Le premier festival de musique classique de Ternay a eu lieu en juillet 2023 ; un succès remarquable ; quatre concerts de qualité plus de 700 entrées. Merci à Mehdi Lougraïda le chef d’orchestre et enfant du pays qui a conçu et porté ce projet depuis des années ainsi qu’à tous les musiciens qui l’accompagnaient.
Enfin il fallait bien deux écrins pour accueillir un tel événement à savoir nos deux édifices exceptionnels ; le château de La Porte et notre prieuré. Il y avait les nuits de Fourvière et le jazz à Vienne. Il y a maintenant, en plus, le festival de musique classique de Ternay qui nous donne RDV à nouveau en juillet 2024.
Un homme n’est pas étranger à ce succès et le nombre de participants, certes indirectement ; Jean Michel Bona président du centre culturel. Dans le cadre des dimanches en musique, 3 lieux et 3 spectacles, dont un dédié à la musique classique. Les ternaysards ont l’habitude depuis des années et plusieurs fois par an de partager les émotions de la musique classique et pour ceux qui ne l’étaient pas, de s’initier à celle-ci.
Mais aussi, toujours dans le domaine de la musique, de partager les émotions des WE en humour musical. Ce dimanche d’ailleurs à Communay et à Ternay il y a deux de ces spectacles – ne les ratez pas. Mon cher jean Philippe je serai demain soir sur tes terres à Communay pour assister au 1er spectacle des dimanches en humour musical et dimanche après-midi à Ternay pour le deuxième.

 

Mesdames et Messieurs vous l’avez compris notre situation est délicate – recherche de recettes supplémentaires- poursuivre les économies sur nos dépenses- réadaptation de notre plan d’investissement et j’en passe. Cependant face à ces difficultés je voudrais vous assurer de la détermination du conseil municipal et de moi-même pour poursuivre notre action dans l’intérêt de Ternay et des Ternaysards.

Je comprends votre impatience, hautement légitime, et celle de l’équipe municipale pour voir aboutir les grands projets mais les procédures administratives sont d’une longueur épouvantable. Nous avons besoin de votre soutien pour mener à bien ces projets.

Nous sommes d’autant plus déterminés que Ternay possède des atouts remarquables et il fait bon y vivre :

– plus de 10 siècles d’histoire, en témoignent son prieuré et le château de La Porte ;

– son centre sportif ;

– le Grand Clos ;

– une vie associative intense ;

– une vie culturelle remarquable grâce à plusieurs associations ;

Je forme le vœu que notre commune reste une commune où il fait bon vivre et j’y ajoute mes vœux de très belle et heureuse année pour vous tous et ceux qui vous sont chers ainsi qu’une très bonne santé.

 

Je voudrais saluer la longévité de service en qualité de Pompiers volontaires de deux figures très appréciées pour leur dévouement au sein de la caserne Communay Ternay Simandres qui viennent de prendre leur retraite de pompiers :

Monsieur MOUTON récemment médaillé d’ancienneté échelon Or pour 30 ans de service

Monsieur FIORINI pour 42 ans de service devrait recevoir sous peu la Médaille  » service exceptionnel  »

A cette occasion ils ont reçu tous les deux l’insigne de Commandants Honoraires.